La Sainte Agate au Pays basque en 4 questions

1/ D’où vient cette tradition ?

A l’origine elle fait référence à une Sainte sicilienne prénommée Agathe, de famille noble, mais de tempérament insoumis. Elle fut persécutée et mourut en martyr un 5 février pour avoir refusé un mariage forcé. Un an après, l’Etna se réveilla, ce qui fit d’elle la protectrice du feu, mais aussi la patronne des nourrices (en référence à ses seins amputés en représailles)

Ce lien avec le feu explique que la déambulation se déroule dans le cadre du rite autour du solstice d’hiver. Après Olentzero qui vient annoncer le retour de la lumière et l’allongement des jours, la Sainte Agathe emmène ce feu dans les foyers, s’inscrivant dans une série de rituels dort de sens.

2/ En quoi consiste t-elle ?

Au Pays basque la tradition consiste à déambuler de foyers en foyers éclairés d’une bougie, pour échanger bertso et chansons contre mets et boissons. C’est aussi l’occasion d’effectuer une quête pour les plus démunis.

Les bâtons servent à la fois à marquer le rythme et à briser la glace qui s’est formée à l’entrée des maisons. C’est un moment de convivialité où les gens se retrouvent, avec la volonté de faire vivre les chants et la langue basque.

3/ Comment a-t-elle débarqué à Biarritz ?

Interdite sous le franquisme, la tradition fut recréée à Biarritz dans les années cinquante par les familles réfugiées de l’époque et des jeunes biarrots.

Portée depuis par Oldarra, puis à partir de 1979 par Arroka, la Sainte Agathe ne sera accueilli en mairie qu’en 1992.

4/ Quel sens au 21ème siècle ?

Aujourd’hui, c’est une animation populaire et actuelle, porteuse de valeurs de solidarité et créatrice de lien social. La dimension religieuse s’est effacée au profit de l’envie d’aller vers l’autre et le souci de porter fièrement l’héritage des chants basques.

Depuis 2012 cette tradition est aussi l’occasion d’opérer une transmission entre les générations. Ainsi, les élèves des écoles bilingues de la ville bénéficient d’ateliers d’écriture de bertso et d’apprentissage des chants. Puis ils sortent en ville, accompagnés des aînés d’Arroka, découvrir les lieux de diffusion de l’Euskara afin d’y échanger leurs chants contre quelques récompenses. Une belle occasion pour explorer la dimension ludique de l’euskara au-delà de l’école.
Quand à la Sainte Agathe “des plus grands” elle se déroulera dans le rues de Biarritz le samedi 4 février.

Un Commentaire

  1. Pingback: La Sainte Agate au Pays basque en 4 questions -...

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.