La primaire de la droite se gagne à droite

A la fois sidérée par l’ampleur du succès et folle de joie, j’ai pris connaissance dimanche soir des résultats du premier tour de la primaire de la droite et du centre plaçant François Fillon largement en tête.

 

Pour moi, cette première victoire vient couronner près d’un an d’engagement dans la campagne de François Fillon. J’ai décidé de le soutenir dès le mois de décembre 2015. Je l’ai fait parce qu’il incarne au mieux l’idée que je me fais de la fonction présidentielle. Je l’ai fait pour son intégrité, sa constance, son sérieux. Et je l’ai fait pour ses idées, clairement marquées à droite et assumées comme telles. Ainsi, je l’ai accueilli chez nous l’été dernier pour monter la Rhune et il y a quelques jours à peine pour son meeting à Biarritz. Par ailleurs, je me suis rendue à Paris à plusieurs reprises rencontrer l’équipe nationale de François Fillon afin de coordonner nos actions respectives.

Puisque tous les élus ne peuvent pas en dire autant, je me félicite d’avoir choisi mon candidat alors que les sondages et les observateurs ne donnaient pas cher de sa candidature. Mais je l’ai fait, convaincue qu’une primaire de droite se gagne à droite, sur un programme de droite. Ça peut paraître stupide à dire mais il semblerait que tous les candidats n’aient pas fait ce pari-là. Et pourtant, l’actualité récente aux Etats-Unis ou en Angleterre et dans bien d’autres pays occidentaux montre que les opinions publiques attendent un discours ferme sur la question de l’identité et des frontières. François Fillon a été clair et constant sur ces sujets comme sur d’autres : je crois beaucoup en son programme économique, promesse d’audace et de dynamisme. Bien loin d’entrainer la casse sociale qu’annoncent certains, il est par esprit novateur la condition d’une véritable relance économique. D’ailleurs, les adversaires de Fillon ne limitent pas les caricatures aux questions économiques ; je veux leur dire qu’il n’y a rien de ringard, rien de passéiste à défendre les valeurs de la famille ou de l’amour de la France. C’est probablement parce beaucoup de nos concitoyens en sont convaincus que cette première moisson de François Fillon est allée bien au-delà de mes espérances, et peut-être des siennes.

On dit souvent que la grandeur d’un homme se mesure à sa capacité à se retirer avec élégance. Dimanche soir, j’ai également été touchée par le discours de Nicolas Sarkozy. D’évidence, il était ému sachant que ce discours serait probablement le dernier de sa carrière politique, mais très classe, bon perdant, humble et empreint d’une grande hauteur de vue. Bref, j’ai trouvé qu’il était tout à fait digne de la fonction qu’il a occupée cinq ans durant. Son statut d’ancien président aurait pu justifier qu’il ne prit pas parti pour le second tour de la primaire. Mais égal à lui-même, à tout ce qui a fait que j’ai voté pour lui à plusieurs reprises, il a mouillé sa chemise pour soutenir François Fillon. C’est parfaitement logique compte-tenu de la proximité idéologique de leur programme respectif, mais il aurait pu poser quelques conditions ou s’octroyer un délai pour le faire. Il a préféré faire du Sarkozy : rapide, net et précis. Bravo à lui.

L’addition des scores de Fillon, Sarkozy et Le Maire, la possible désaffection de l’électorat de gauche maintenant que Sarkozy n’est plus dans la course et surtout la dynamique qu’offre une telle percée au premier tour permettent de prédire sans grand risque le résultat du second tour. Pour autant, je crois qu’il ne faut pas faiblir dans le soutien à notre candidat. J’invite donc tous ceux qui veulent la victoire de François Fillon à ne pas se démobiliser sous prétexte qu’elle serait acquise. Non ! Elle ne peut être acquise que dimanche soir. Et grâce à notre mobilisation. Si la victoire est bien sûr l’objectif, le score doit être le plus large possible, facilitant de facto le nécessaire rassemblement de la droite et du centre au terme de la primaire. Pour la victoire ultime le 7 mai prochain. Pour François Fillon. Pour la France.

Un Commentaire

  1. Nous sommes nombreux chère Maider à partager ton analyse et soutenir de toutes nos forces François Fillon.
    Tu a été la première à me dire il y a quelque temps qu’il avait le meilleur programme et pour faire suite à notre discussion j’ai porté une attention toute particulière au candidat et à l’homme.

    Comment rester insensible devant une telle personalité, détermination sans fin, sincérité évidente, force et courage,
    Comment ne pas soutenir un programme qui nous remmène sur le chemin de nos valeurs, de notre identité,
    Comment ne pas aprouver un programme qui est le résultat de sa rencontre et du partage qu’il a voulu avec chacun d’entre nous …. c’est notre programme, il a été construit avec les français.
    Avec toujours beaucoup de classe et de dignité François Fillon inspire le respect et la confiance.
    Avec une concentration sans faille, une honnêteté rare il nous ouvre le chemin de l’espoir, il a réveillé des sentiments bien endormis : la grandeur de la France, l’amour de notre pays.

    Merci Maider pour avoir participé à cet éveil.

    Moi aussi je suis touché par Nicolas Sarkozy, émue par son discours sincère et affectif, il a été un grand Président.
    Souhaitons que son travail de rassemblement ne soit détruit par la vanité et un goût de pouvoir poussé à l’extrême ridicule,par certains.

    À bientôt

    Marie Odile et de nombreux amis qui se joignent à moi.

    Répondre

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.