Police municipale : un débat en marche ?

biarritz magazine

Il y a quelques mois la brigade de nuit de la Police Municipale de Biarritz entamait une grève, réclamant la possibilité d’être armée. Stoppée en début d’été, cette grève a permis de mettre en avant la dégradation des conditions de travail de la brigade de nuit.

Monsieur le Maire nous avait promis un débat afin d’évoquer cette question et de pouvoir décider en toute connaissance de cause. Lasse d’attendre cet hypothétique débat, je suis remontée au créneau lors du conseil municipal du 28 juin. La seule proposition reçue fut d’accompagner la brigade de nuit pendant l’été afin de mieux appréhender la réalité du terrain.

C’est ainsi que le 22 août, j’ai pu rester aux côtés de la brigade de nuit jusqu’à 5h du matin. Cette nuit ne fut pas la plus mouvementée de l’année, mais les échanges m’ont permis d’aborder les problématiques typiques de la nuit et le fonctionnement précis de la brigade de nuit. La première partie est plutôt consacrée à la prévention et aux relations avec les professionnels de la nuit, alors que la deuxième partie de nuit concentre l’essentiel des
missions à risques au milieu d’un public en alcoolisation excessive, port et usage d’armes divers ainsi qu’agressions en bande etc…

Heureuse coïncidence de l’actualité, un rapport piloté par les députés LREM Jean-Michel Fauvergue (Seine-et-Marne), également ancien chef du Raid et Alice Thourot (Drôme), comporte 78 propositions pour favoriser la “coproduction de sécurité” entre police et gendarmerie nationales, polices municipales et acteurs de la sécurité privée, sur fond de mise en œuvre de la police de sécurité du quotidien (PSQ) et de menace terroriste persistante.

Il ne s’agira pas nécessairement d’imposer l’armement permanent de tous mais bien d’acter le fait que tous peuvent être en situation de l’être”, écrivent les deux députés LREM.

Que veulent alors changer les députés ? Actuellement, « une police municipale n’est armée que si le maire en fait la demande expresse au préfet, qui doit approuver cette demande, et sous réserve de formations préalables et continues quant à l’utilisation des armes par les agents », rappellent les auteurs du document. Ce qu’ils proposent, c’est de renverser la règle. C’est-à-dire « d’acter le principe que, de base, une police municipale est armée sauf si le maire prend une décision motivée allant dans le sens contraire ». « Cela obligera les élus à prendre enfin leurs responsabilités », lance Fabien Golfier, secrétaire général de la FA PFT
POLICE MUNICIPALE

Pour ma part, j’y suis prête.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.