Edito décembre : Créer des emplois non délocalisables en Pays Basque

… avec l’économie du tourisme dans notre pays qui représente 7,3%  PIB en 2013.

La destination France conserve le premier rang mondial avec 84,7 millions d’arrivées de touristes internationaux, et le 3ème rang en terme de recettes (42,2 milliards d’euros). Qu’en est- il au Pays Basque ?

Une étude publiée le 27 novembre 2014 par la CCI Bayonne Pays Basque pour le compte de GOAZEN, Cluster Tourisme Pays Basque, apporte un éclairage plus précis. (http://www.bayonne.cci.fr/fichiers/documents/livrables/Performance-economique-des-entreprises-du-Tourisme-2014.pdf)

Après des années de croissance régulière, les évolutions de chiffre d’affaires et des ratios de gestion des entreprises du tourisme du Pays Basque sont presque atones depuis 2010. L’hôtellerie est la plus fragilisée avec 50% des établissements de la Côte Basque en déficit en 2013. D’autres formes d’hébergements marchands proposant moins de services et des offres alternatives non marchandes sont déjà très prisées des visiteurs.

Conséquence directe de cette baisse de croissance et de l’alourdissement des charges sur les acteurs économiques du tourisme,  c’est 1 entreprise sur 3 en déficit en 2013 (37% alors qu’elles n’étaient que 19% en 2002). Ce chiffre est à détailler car l’intérieur du Pays Basque s’en tire mieux que la Côte où 1 établissement hôtelier sur 2 est en déficit.

Le secteur connait également de sérieuses difficultés pour recruter (43% des postes sont jugés difficiles à pourvoir), source Pôle Emploi

En complément, l’étude de GOAZEN met l’accent sur la dégradation de la notoriété web du Pays Basque, même si l’intérêt pour la ville de Biarritz est fort. Cette dernière a récemment obtenu le titre rare et prisé de marque de la part d’Atout France, Agence de développement touristique de la France.

Le Pays Basque est donc en train de perdre en  attractivité pour la clientèle d’affaires, en valeur ajoutée et en emplois touristiques directs.

Goazen préconise les mesures suivantes :

1 – Une consolidation de l’attractivité de la destination basque par :

  1. Une stratégie coordonnée
  2. Un plan d’actions mutualisé qui réunira les acteurs clés de la destination

2 – Des efforts supplémentaires de la part de l’hôtellerie basque visant à :

  1. Ajuster les compétences des équipes aux attentes de leurs clientèles
  2. Proposer de nouveaux services afin de désaisonnaliser la fréquentation de leur établissement et de s’affranchir des conditions météorologiques très (trop ?) fluctuantes
  3. Communiquer sur la valeur ajoutée de leurs prestations
  4. Accentuer les actions commerciales

Pour ma part, je viserai trois mesures plus ambitieuses et qui sont à la portée d’une politique de développement  courageuse, telles que :

  1. Un allègement drastique des charges qui pèsent sur les TPE et PME du secteur afin de redonner de la trésorerie et surtout de la capacité à investir. Cet allègement permettrait également de revaloriser les salaires de métiers qui deviennent moins attractifs qu’auparavant.
  2. Un travail de coordination et de soutien des services de l’Etat pour assurer des liaisons ferroviaires et aériennes répondant aux besoins des clientèles nationales et internationales.
  3. Repenser les déplacements à l’échelle  du territoire Pays Basque afin de favoriser les transports en commun et éviter les engorgements massifs de voitures qui rendent notre région moins attractive au fil des ans, en particulier sur la Côte.

Maider Arosteguy

 

 

 

(4) Commentaires

  1. Pingback: Edito décembre : Créer des emploi...

  2. Bonjour Maider
    En tant que co-pdt de l umih pays basque et membre du cluster Goazen, je cautionne totalement vos 3 pistes d’actions: baisse des charges pour favoriser l investissement et revaloriser les salaires, ameliorer la desserte train et avion et enfin convaincre les acteurs politiques locaux pour la mise en place d’un titre de transport unique.
    Merci de votre implication pour notre secteur.
    Bien sincèrement.
    Bruno Dottax

    Répondre
  3. Quand le gouvernement d’Euskadi fait de la publicité sur TF1, la facture arrive au Comité Départemental du Tourisme des Pyr.Atlantiques ! Quand les éditeurs des guides touristiques publient un ouvrage sur le Pays Basque, ils couvrent un territoire qui va de Larrau à Bilbao ! Nous sommes assis sur un tas d’or : paysages, cultures, jeux, gastronomie que peu de régions d’Europe possèdent mais nous ne savons pas en tirer profit ! Tout un passionnant travail a été fait sur la marque Pays Basque, mais celle-ci reste dans les cartons par manque de volonté politique !

    Répondre

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.