Cette campagne sera passionnante, vous en serez le coeur

Le Conseil national des Républicains a investi ses candidats aux élections législatives. J’ai donc désormais l’immense honneur d’être la candidate de la droite et du centre sur la 6e circonscription des Pyrénées-Atlantiques.

Ma volonté n’est pas nouvelle, cette investiture confirme mon engagement à vos côtés et le désir profond de représenter notre territoire à l’Assemblée nationale. Par goût de l’action et de l’engagement, je souhaite participer activement à l’élaboration des lois qui régissent notre société pour l’améliorer, la rendre plus juste. Je souhaite intégrer une majorité assez forte pour gouverner, assez cohérente pour décider. Dans les circonstances difficiles que nous connaissons sur le plan économique, celui de l’emploi ou encore de la sécurité, notre pays ne peut prendre le risque de voir une assemblée parlementaire faible, désorganisée et qui ne s’accorderait sur rien.

Je me souviens encore des débuts de mon investissement auprès de François Fillon. C’était au commencement de la campagne des primaires de la droite et du centre. À ce moment-là, le score que lui promettaient les sondages était tellement bas que de nombreuses personnes me conseillaient d’opérer un choix plus raisonnable… De fait, mon choix n’était pas dicté par une éventuelle promesse de promotion, c’était un choix de conviction. Ma candidature aujourd’hui est donc frappée du sceau de cette fidélité à notre candidat ; en ce sens j’entends créer une synergie entre la campagne présidentielle et la campagne des législatives en soutenant son programme autour de trois priorités qui me paraissent essentielles :

  • Libérer notre économie ;
  • Restaurer l’autorité de l’Etat pour protéger les Français ;
  • Affirmer nos valeurs.

Si j’ai bien l’intention de mener cette campagne avec tous les militants, amis et volontaires de la 6circonscription, je souhaite le faire à ma façon, avec ce que je suis : je suis une femme, j’incarne une nouvelle génération en politique, je suis une enfant « du pays ». Sur ce dernier point, je pourrais presque dire que mon nom et mon prénom parlent pour moi ! Trop souvent, nos responsables politiques sont montrés du doigt du fait de leur déconnexion de la vie quotidienne, celle de leurs électeurs, celle des citoyens qu’ils représentent. Comme mère de famille, et à travers ma profession, j’ai eu l’opportunité de parcourir nos territoires, je suis donc directement ancrée dans le quotidien des gens que j’entends représenter à l’Assemblée nationale. Il est très important à mes yeux de me présenter devant les électeurs telle que je suis, avec ma vision des choses, ma sensibilité, mon rythme. Je n’ai pas l’intention de me laisser imposer dans cette campagne des idées, des initiatives ou un tempo qui ne seraient pas les miens. Car après tout, je ne dois rien à personne si ce n’est aux électeurs qui m’ont élue au Conseil municipal de Biarritz et au Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques. Ma campagne me ressemblera donc, elle sera une campagne de proximité, proche des problèmes que rencontrent les habitants de la 6e circonscription des Pyrénées-Atlantiques parce que je suis bien décidée à m’en faire la porte-parole si vous me choisissez au mois de juin. Dans les jours qui viennent, je vais donc continuer à venir à votre rencontre pour vous présenter les enjeux de l’alternance que je souhaite incarner en tant que députée.

Si cette investiture par le Conseil national des Républicains m’a profondément réjouie et pour tout dire emplie de fierté, je n’oublie pas qu’elle ne vaut pas victoire. J’ai la conviction qu’il ne faut jamais être trop sûr de soi ; il serait dangereux aujourd’hui de considérer que la gauche ne peut gagner l’élection présidentielle ainsi que les législatives qui suivront. La France a besoin d’une alternance forte mais la droite n’est pas encore assurée de sa victoire. François Fillon n’est pas encore président de la République, je ne suis pas encore députée : chaque victoire doit être conquise. Aussi, je vais arpenter la circonscription en long, en large, aller à votre rencontre pour vous écouter et vous convaincre un à un de me choisir pour vous représenter. Je ne ménagerai pas ma peine : quand on a la volonté  de l’action, le désir de l’engagement, l’effort ne peut effrayer.

La candidate que je suis désormais ne peut pas laisser passer l’occasion qui m’est donnée de contribuer au rétablissement de notre pays, à la fois parce que je ne veux pas décevoir la confiance qui a été placée en moi et parce que la situation dans laquelle se trouve notre pays m’y oblige. Pour cela, j’ai besoin de vous. Vous qui connaissez l’urgente nécessité qu’il y a à réformer en profondeur la France. Vous qui souhaitez une alternance significative mettant fin aux errements de la majorité socialiste actuelle. Vous qui aimez passionnément notre territoire, le Pays Basque, vous qui chérissez notre pays et ses valeurs.

Ma victoire ne pourra survenir qu’au terme d’une démarche collective, d’un rassemblement qui sera le plus large possible, d’une campagne passionnante dont vous serez le cœur. Si elle survient, cette victoire ne sera pas seulement la mienne, ce sera la nôtre. Un succès à partager, ensemble.

(4) Commentaires

  1. De tout coeur avec vous, mais pourrait-on vous rencontrer. La permanence LR de la rue Guy Petit étant fermée … Qu’elle est votre nouvelle adresse ? à très bientôt nous l’espèrons Claude et Joanne Coillard

    Répondre

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.