Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose

La chasse à courre est ouverte. La meute des journalistes est en marche. Dans cette phase, plus encore que lors de la précédente, François Fillon peut compter sur ma fidélité, sur mon soutien.

Je n’ai pas l’intention ici de m’exprimer sur le fond de l’affaire, sur l’aspect juridique. En effet, je ne dispose évidemment pas des éléments pour cela ; la justice est saisie et fait son travail. Je ne ferai pas ce que je reproche à de nombreux journalistes qui se comportent comme des inquisiteurs au mépris des plus élémentaires règles sur lesquelles se fonde notre justice : la présomption d’innocence, la démonstration par la preuve et l’honnêteté. Tout au plus, je m’interroge sur l’intérêt qu’aurait un député à offrir un emploi fictif à sa femme quand on sait que le règlement de l’Assemblée nationale jusqu’en 2012 prévoyait que l’argent dédié à la rémunération de ses attachés parlementaires revenait au député en question quand il n’était pas utilisé !

J’ai la conviction que cette affaire est avant tout politique, que ses instigateurs se moquent bien de savoir si les faits sont avérés ou pas et surtout s’ils sont licites ou pas. En effet, plusieurs éléments m’ont convaincue que l’objectif principal était d’abattre politiquement, électoralement un favori à l’élection présidentielle :

  1. Force est de reconnaitre que l’institution judicaire a gagné en rapidité depuis l’instruction de l’affaire Cahuzac. A ce titre, j’adresse mes félicitations à François Hollande et Christiane Taubira qui ont été prompts à proclamer l’indépendance de la justice tout au long du quinquennat. Malheureusement, dans ce domaine aussi, les intentions n’ont pas été suivies d’actions.
  2. Pénélope Fillon aurait touché 850 000 € brut entre 1988 et 2013 nous dit-on. Mais depuis quand annonce-t-on un salaire sur 25 ans ?! Est-ce que quelqu’un est capable de dire la somme globale des salaires qu’il a perçu depuis 1988 ? Si les accusateurs n’avaient d’autre but que de faire de la politique en affaiblissant le candidat de droite, ils diraient que Pénélope Fillon aurait touché 3 677 € net mensuels. Evidemment, c’est moins efficace quand l’objectif est de choquer les Français dont beaucoup ont des difficultés à boucler les fins de mois.
  3. Plus d’une centaine de députés emploient légalement un membre de leur famille comme assistant parlementaire. Alors, pourquoi s’attaquer au seul François Fillon si ce n’est parce qu’il est candidat de la droite et du centre à l’élection présidentielle ? Après tout, pourquoi plus aucun média ne parle des affaires de Nicolas Sarkozy depuis le premier tour de la primaire si ce n’est parce que l’objectif réel desdits médias a été atteint avec son élimination ?
  4. Je note la façon dont le Canard enchaîné distille petit à petit ses informations. Quand on sait qu’en une semaine l’hebdomadaire a vendu 200 000 exemplaires de plus qu’à l’habitude, n’est-on pas en droit de douter sérieusement de la noblesse des intentions du journal ?

Bien sûr, loin de moi le souhait de jeter l’opprobre sur l’ensemble des journalistes de France. Malheureusement, on trouve toujours assez de chevaux légers pour assurer la basse besogne. Surtout dans une corporation où 6 % de ses membres se disent de droite. Le fait est que je plains François et Pénélope Fillon ; l’histoire nous a montré, parfois de manière dramatique, combien la machine médiatique est terrible, impitoyable et inhumaine quand elle jette quelqu’un en pâture.

J’entends ici ou là parler d’un plan B. Plus de 4 millions de Français se sont déplacés lors de la primaire de novembre et il faudrait aujourd’hui désigner un candidat sur un coin de table pour donner satisfaction à une minorité ultra-politisée qui voudrait un candidat plus proche de ses convictions sociales-démocrates ? J’invite tous mes amis, mes soutiens, les militants de notre famille politique, les électeurs à ne pas tomber dans ce piège qui nous est tendu : il n’y a pas de plan B ! Qui peut croire que les gauches politique et journalistique épargneraient un candidat de substitution à la légitimité fragile après être parvenues à faire tomber un candidat désigné par 4 millions d’électeurs ? Qui peut croire que le choix d’un autre candidat se ferait sans guerre fratricide au sein de la droite, une guerre aux conséquences peut-être fatales à moins de 3 mois de l’élection ? Il n’y a pas de plan B ! Parce que le remède serait pire que le mal.

Au demeurant, je ne perds pas de vue que ce qui était vrai hier l’est encore aujourd’hui : dans un contexte de menace terroriste, d’insécurité, dont on avait presque oublié la réalité, il est indispensable de confier les rênes du pays à un homme expérimenté et pragmatique. Aujourd’hui, les « maîtres du monde » s’appellent Donald Trump et Vladimir Poutine. Quand on veut être crédible, quand on veut exister sur la scène internationale, y jouer un rôle et être respecté, il faut désigner un président à l’expérience et au caractère forts. Comment peut-on imaginer que Marine Le Pen, Emmanuel Macron, ou Benoît Hamon, dont l’expérience en la matière peut être évaluée par un chiffre proche de zéro, seraient crédibles ?

Ainsi donc, la campagne est bel et bien commencée. Nos adversaires ont manifestement l’intention d’utiliser tous les moyens nécessaires, même les plus abjects en démocratie, pour que François Fillon ne parvienne pas à gagner l’élection présidentielle et donc à mettre en place un plan de réformes aussi ambitieux qu’indispensable pour notre pays. J’invite donc tout le monde à faire corps autour du candidat de la droite et du centre, à mener campagne, à ne pas se laisser impressionner. A la fois lucide et forte de mes convictions, je n’ai pas l’intention de fléchir à la première tempête venue. Il y en aura d’autres. C’est la campagne présidentielle.

(7) Commentaires

  1. Bonjour Maider, Je partage entièrement ta position.
    Rassures-toi. Je resterai fidèle, non seulement avec M. Fillon mais également avec tes propres convictions …
    Amitiés,
    Jean-Marc Bordenave

    Répondre
  2. Maider,
    Je suis entièrement d’accor avec ton analyse.
    Avec mon entourage proche, j’ai fait exactement la même.
    Cette campagne médiatique est abjecte. A qui profite le crime?
    Restons déterminés et soudés dans la tempête. C’est ainsi que nous en sortirons vainqueur pour le bien de la France et de nos enfants

    Répondre
  3. Henri et Maïder, je vous suis jusqu’au bout . Cet acharnement, cette curée me soulèvent le coeur C’est devenu pour certains médias une sorte de jeu, c’est à celui qui tapera le plus fort Et votre déontologie ? Avant la décision de justice, M. Fillon bénéficiant de la présomption d’innocence, vous vous permettez par vos accusations de précéder le résultat et les conclusions de l’enquête, donc contre toutes les règles ! laissons agir la justice Vous n’êtes pas au-dessus des lois ! .

    Répondre
  4. BRAVO MAIDER POUR TON SOUTIEN SANS FAILLE A CET HOMME QUE L ON ATTAQUE PAR LE BIAIS DE SA FEMME ET DE SES ENFANTS , ILS N AVAIENT PAS GRAND CHOSE A SE METTRE SOUS LA DENT….

    Répondre
  5. De même, en dépit des attaques, je reste fidèle à François Fillon! Je constate que les gens autour de moi commencent à constater l’acharnement et la tentative de manipulation. Continuons le combat!

    Répondre
  6. Une analyse très claire . FF est le seul avec son programme à pouvoir redresser la France . Comme il l’a dit lors de son meeting à Charleville Mezieres ” 2017 , c’est l’heure du dernier métro , ou nous le prenons ou nous restons à quai”
    C’est aux Français de décider. A défaut , ils pourront rejoindre ” en marche ” et Macron ou MLP au risque de se retrouver ” en panne” pour très longtemps .

    Répondre
  7. L’intérêt c’est peut-être d’assurer une retraite a son épouse ? Le problème dans cette affaire, en admettant qu’il soit blanchi par la justice, c’est que l’image de monsieur Fillon est sérieusement écornée ; par les faîts qui lui sont reprochés et surtout par sa gestion de la crise. Trop d’approximations, erreurs de défense, cela est assez inquiétant pour la suite. Personnellement, je ne sais pas si je voterai pour lui et beaucoup sont dans mon cas. Quant à ceux qui le soutiennent inconditionnellement, je m’interroge également.

    Répondre

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.